Blood Seasons ferme ses portes.

Règlement de compte. | Pv Izao |

 :: l'héritage :: quatrième étage :: serres Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 1 Mar - 17:54

❝ Règlement de compte ❞
- Kun & Izao -
Je ne t'aime pas, mais je dois apprendre à travailler avec toi. L'ennui c'est que toi non plus ... Tu ne m'aimes pas, en même temps on semble aimer personne...
Rangeant son téléphone dans sa poche, le jeune homme attendit avec une grande impatience le soir. Il avait besoin de parler à Izao, il fallait clairement qu’ils remettent les choses au clair entre eux deux. Ce qu’il avait pu se produire dans l’Héritage … Kun avait des doutes. Il avait besoin d’être sur qu’Izao n’avait rien à voir avec les attentats. Il ne supporterait pas l’idée que son implication même indirecte aurait pu nuire à Giulietta et sa famille. Soupirant un bon coup, Kun sortit de son logement d’attente ; son ancien logement ayant disparu totalement avec les derniers événements. Direction la serre, posant une main sur son ventre, le jeune homme sentait toujours sa cicatrice le titiller désagréablement. Cependant, il n’avait pas le temps de penser à ce petit détail. Il avait besoin d’être sur et certain, d’avoir des réponses à ses questions. Cela ne serait surement pas évident. Izao allait surement rechigner à lui donner des informations, voire même se jouer de lui en le faisant tourner autour du pot. Mais il se devait de tout faire pour avoir des réponses.

Poussant tranquillement la porte de la serre numéro trois, le jeune homme alla directement au lieu de rendez-vous. Il savait parfaitement où retrouver le japonais. Ils avaient après tout l’habitude de se rejoindre le plus discrètement possible. Bien sûr, ils ne venaient pas toujours au même endroit, ils n’étaient pas fou non plus. Kun n’avait pas eu le courage d’arriver en retard. Il est vrai qu’en temps normal il aurait pu abuser et arriver en retard, mais vu la graviter de la situation, il n’avait pas l’envie de jouer les chieurs. Dès que cela pouvait toucher Giulietta, étrangement, le jeune homme était beaucoup plus impliqué.

Se posant sur un banc présent dans la serre, Kun soupira doucement. Il était prêt pour sa discussion avec Izao. Il ne devrait pas trop tarder maintenant. Regardant autour de lui, Kun s’assurait que personne ne pouvait trainer dans le coin mis à part le japonais qui allait le rejoindre. Il faut dire que Kun avait aussi fait le choix délibéré de lui proposer de se rejoindre ici, pour s’assurer que peu de personnes puissent passer. Si Kun était étrangement zen, sa colère allait forcément grimper en flèche en voyant le cinématographe arriver. Il faut dire que le chinois était presque sûr de son implication dans les événements, bien qu’il n’avait pas reconnu sa voix.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 403 MOTS.

Invité

avatar
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 2 Mar - 20:59


Règlement de compte
Kun x Izao







Le message l’avait fait sourire avec ironie. Qu’il était étrange de recevoir un message de Kun au lendemain des événements qui avaient fait trembler l’Héritage tout entier. Ainsi donc, il fallait qu’ils « parlent ». A l’idée de revoir le visage de l’automnal, Izao se sentait d’ores-et-déjà irrité. Quand bien même ils travaillaient ensemble –parfois- il n’arrivait pas à le supporter. Et il avait comme le pressentiment que ce soir ne ferait pas exception à la règle.
Il n’avait eu aucun mal à sortir de chez lui, prétextant qu’il allait travailler à la bibliothèque ; il le faisait plus que souvent, personne n’en était donc étonné. C’était pour le mieux. Le cinématographe n’aurait guère apprécié le fait qu’on le soupçonne d’une quelconque façon. De la même façon qu’il ne souhaitait pas qu’on le voit en compagnie de l’homme qu’il s’apprêtait à rencontrer. Cela faisait « tache » avec l’image qu’il s’était si durement construit et qu’il maintenait à merveille.

Il n’eut même pas à réfléchir alors qu’il se dirigeait vers les serres, empruntant un chemin qu’il connaissait par cœur. Il y venait très souvent de jour, lorsqu’il voulait rendre visite à Erin. Et, évidemment, il y venait tout aussi souvent de nuit, pour y rencontrer Kun. A l’instar de sa personnalité changeante, ces deux types de visites n’avaient strictement rien à voir. L’une avait le don de le transformer en agneau alors que l’autre le changeait en loup. Et ce soir, indéniablement, il était un loup.
Il fut surpris de constater que le jeune homme était arrivé –pour une fois- à l’heure. Le cinématographe avait une sainte horreur de l’attendre pendant de longues minutes ; le temps lui était précis. Sa bouche se fendit en un large sourire, narquois. « Pour une fois que tu as le sens de la ponctualité... » commenta-t-il de façon sarcastique alors qu’il venait se poster devant lui, mains dans les poches. Quelque chose lui soufflait que la discussion à venir allait-être animée. Au vue du message qu’il lui avait envoyé et à son expression quelque peu contrariée, il allait lui tenir la jambe un petit moment. Malgré cette certitude, Izao ne se départait pas de son éternel sourire, félin et mauvais à la fois. Son regard sombre était braqué sur le brun. « Alors ? Pour quelle bonne raison as-tu dérangé ma soirée ? » Le printanier avait posé cette question sans réellement le faire, plus ironique qu’autre chose. Il savait parfaitement ce dont il voulait tant lui parler ; il était presque capable de le lire dans ses yeux.



©INCUBUS
Invité

avatar
Revenir en haut Aller en bas
Lun 6 Mar - 18:19

❝ Règlement de compte ❞
- Kun & Izao -
Je ne t'aime pas, mais je dois apprendre à travailler avec toi. L'ennui c'est que toi non plus ... Tu ne m'aimes pas, en même temps on semble aimer personne...
Kun attendait plus ou moins sagement Izao. Il est vrai qu’il aurait préféré passer plus de temps en compagnie de Giulietta, mais il fallait bien à un moment donné aller de l’avant et affronter un possible mauvais moment. Cette discussion allait forcément mal se terminer, Kun en était persuadé, il n’aimait pas Izao et malgré qu’ils s’unissent un peu, il savait que cela était réciproque pour le japonais. Posant sa main sur son ventre, le jeune homme se mit à grogner un peu. Il ne devait pas faire d’erreur ce soir, il ne pourrait pas compter sur l’aide de Cheol Soo pour le protéger et sa blessure n’allait pas aimer s’il faisait un mouvement brusque. Alors qu’il semblait partir dans ses pensées et surtout penser à Giulietta et ce que sa famille avait pu vivre depuis les événements, Kun avait besoin de se dire qu’il n’était en aucun cas responsable de cela. Comment oser la regarder en pensant qu’il avait pu causer par quelconque manière la mort de son père. Soupirant doucement, le chinois revint sur terre en attendant des pas se diriger vers lui. Surement Izao.

En voyant le japonais arriver, le jeune homme ne put s’empêcher de lui lancer un regard noir et glacial. Il osait remettre en cause sa ponctualité ? Sifflant entre ses dents serrées, le jeune homme le jugea de haut. « Commence pas à faire chier... » Kun n’avait pas à faire des efforts en s’adressant à lui. Pas question de passer pour quelqu’un d’aimable et charmant … Il s’en contrefichait de savoir que Izao, pouvait avoir une mauvaise image de lui. S’approchant un peu de lui, Kun ne le lâchait pas du regard. Il n’avait aucunement confiance en lui. Il était assez fou pour avoir des réactions inattendues. « J’ai besoin de savoir si tu as des liens avec les événements lors du cache-cache annuel … Est-ce que tu as foutu la merde ? » La colère de Kun était palpable, après tout, Kun était rarement autrement au côté de Izao. Il n’avait surement jamais du le voir dans une autre humeur. « Après tout … Ta folie te précède … Il est difficile à croire que ta rien à voir là dedans. » Oui, Kun l’accusait ! Il assumait totalement la possibilité de faire mauvaise route. Mais qu’importe, cela serait un bon prétexte pour s’en prendre à lui.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 400 MOTS.

Invité

avatar
Revenir en haut Aller en bas
Ven 10 Mar - 20:18


Règlement de compte
Kun x Izao







Le regard noir que lui jeta Kun le fit frissonner ; d’une façon bien malsaine, plus forte que lui, il se sentait subitement pris d’une sensation grisante. Izao adorait particulièrement lorsque les gens posaient un tel regard sur lui. La haine des autres le nourrissait. Les mots qui sortirent de la bouche de l’automnal le firent sourire avec provocation. Le ton de la conversation venait d’être donné : le cinématographe était ravi de constater que son intuition ne l’avait pas trompé. Le jeune homme s’approchait déjà de lui, menaçant. S’il « avait foutu la merde » ? Une expression féline passa son sur visage en guise de réponse. Si Kun pensait sincèrement qu’il allait lui révéler la vérité de but en blanc, il se trompait lourdement. Cela faisait depuis longtemps qu’il n’avait pas eu l’occasion de se distraire avec quelqu’un de la sorte ; il ne comptait pas lui donner ce qu’il voulait sans avoir un peu joué avec lui. Un sourire mauvais étira ses lèvres alors qu’il soutenait le regard méprisant de son interlocuteur. Il n’avait pas peur de lui, surtout qu’il savait que l’automnal n’était pas en aussi bonne forme qu’il semblait le faire croire. Izao avait pris soin de laisser traîner ses oreilles dans tout l’Héritage au lendemain des événements : il avait appris des choses plus qu’intéressantes, notamment en ce qui concernait les morts ou les blessés. « Qu’est-ce que cela peut bien te faire, Kun ? » demanda-t-il sur un ton léger, se mettant à marcher autour de lui. « N’était-ce pas ce que tu voulais ? Ce système pourri est en train de s’écrouler et nous en voyons enfin les prémices. » Izao ne parvenait à cacher le semblant de joie qui montait dans sa gorge. En effet, ces événements venaient de marquer le commencement d’une nouvelle ère. Les choses commençaient à bouger ; à se fissurer. La destruction n’était plus très loin ; peut-être même toute proche. « Que demander de plus ? » Ses yeux sombres scrutèrent les réactions de Kun. Ce dernier avait beau se dire contre le système, il était finalement comme tous les autres : lâche et méprisable. A l’écoute des dernières paroles qu’il lui jeta, Izao s’arrêta, haussant les épaules. Son regard se perdit un instant dans le vide. « Je ne suis pas fou ; c’est bien ce monde qui l’est » répondit-il, simplement. Il savait qu’il avait raison. Ce n’était pas lui, le problème. C’était bien cette « réalité ».



©INCUBUS
Invité

avatar
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 23 Mar - 21:32

❝ Règlement de compte ❞
- Kun & Izao -
Je ne t'aime pas, mais je dois apprendre à travailler avec toi. L'ennui c'est que toi non plus ... Tu ne m'aimes pas, en même temps on semble aimer personne...
Il n’appréciait pas vraiment de voir le japonais lui tourner de la sorte autour. Cette sensation d’être une proie … Il l’a vivait constamment ici, l’Héritage n’était en aucun cas un paradis, ni même un lieu sûr. Sifflant entre ses dents sous la colère, le chinois, continuait de le fixer, il n’avait pas confiance pour le lâcher du regard, surtout qu’il n’était pas au meilleur de sa forme pour le contrer en cas d’une attaque de fourbe. « Qu’est-ce que ça peut me faire ? Tu plaisantes ? Cela a touché toutes les sections, même ceux qui souffrent de ce système merdique … Ne me fais pas croire que cela est une bonne chose de rendre plus pauvres, les pauvres. » Certaines familles avaient énormément perdues et pas seulement économiquement parlant. « Certes, le système est un peu caduque, mais sérieusement … Cela n’est pas si insupportable à vivre pour les sections les plus riches. Tu n’as pas eu trop de soucis à te faire … » Après tout, il critiquait le système, mais il s’en sortait vraiment très bien pour le coup ! Se décalant progressivement de la ronde que pouvait faire Izao autour de lui, Kun marcha tranquillement sans témoigner d’une moindre faiblesse. Paraitre faible était insupportable pour lui et encore plus devant ce type. « Que demander de plus ? Peut-être sortir totalement du bunker. Quitte à mourir dehors, je préfère mourir dehors que dedans. » Plus il y pensait et plus cette idée de mourir dehors était la seule motivation qu’il pouvait avoir pour survivre. Cela était étrange de survivre juste pour « mourir », mais Kun ne se voyait pas vieillir et mourir ici-bas.

Soupirant doucement, le jeune homme resta silencieux lorsqu’Izao semblait se « rassurer ». Lui ? Pas fou ? Bon sang. Toutes les autres personnes étaient donc des saints et des personnes les plus sages qu’il puisse exister. Un léger sourire moqueur apparut sur le visage de Kun à cette pensée avant de rapidement le perdre. C’était bien beau, mais il n’avait toujours pas de réponses. « Ca n’empêche que tu ne m’as pas répondu … Tu n’as pas assez de couilles pour assumer ? » S’il fallait le provoquer, Kun ne serait pas le dernier pour le faire. Après tout, le chinois n’avait pas froid aux yeux. Il est vrai qu’il n’avait pas forcément le langage le plus poétique au monde. Il finit par se rapprocher du plus petit pour lui faire face et le fixer droit dans les yeux. « Est-ce que tu as foutu cette merde en place Izao ? » Il voulait des réponses et plus ou moins … Immédiatement.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 452 MOTS.

Invité

avatar
Revenir en haut Aller en bas
Sam 25 Mar - 21:49


Règlement de compte
Kun x Izao







Il sentait le regard de Kun fermement planté sur lui, comme s’il redoutait une action imprévisible de sa part. Izao ne pouvait que lui donner raison. Il avait plutôt intérêt à faire attention à lui, surtout dans ce genre de situation où il n’était pas à son avantage. Il ne l’avait jamais considéré comme un allié et, au vue de la tournure que prenaient peu à peu les choses, le considérer comme un ennemi n’était absolument pas exclu. Le jeune homme n’éprouverait aucun remord à se retourner contre lui si la situation l’exigeait. Pas la peine de dire qu’il s’en ferait même un plaisir. Il l’écouta parler d’une oreille distraire. Ce qu’il venait de dire n’avait pas de prises sur lui. Depuis le début, il n’avait jamais porté d’intérêt au système des saisons. Les moments les plus « heureux » de sa vie avaient certainement été ceux de quand il se trouvait chez les Autumn. Il le regarda, sans comprendre tout à fait. « Rendre plus pauvres les pauvres ? » répéta-t-il, comme s’il cherchait à comprendre. Peu importe comment il le retournait dans son esprit, il restait totalement indifférent. « Je m’en moque totalement. Je n’ai jamais cherché à me battre contre une telle chose » conclut-il finalement en toute sincérité. Il ignora volontairement ce qu’il rajouta ensuite. Il était vrai qu’il avait la vie plus facile que d’autres en ayant grandi parmi les Spring. Cependant, il n’avait jamais demandé à les rejoindre.
Il ne put s’empêcher de trouver ses propos stupides. Il n’y avait aucun but à vouloir mourir au delà de l’Héritage. Il fallait le faire disparaître et disparaître en même temps. C’était ce qui devait être fait. Pour le bien de tous. Mais personne, hormis lui, n’était en mesure de le réaliser. De le comprendre. Un rictus démesuré apparu sur ses lèvres. Kun désirait donc le faire parler par tous les moyens, quitte à le provoquer aussi vulgairement... Il ne recula pas lorsque l’automnal s’approcha de lui, soutenant son regard. Il n’y avait pas à dire : se faire détester était de loin la chose qu’il préférait. Conservant toujours son même sourire ironique, il jubilait. Il voulait le voir perdre ses moyens. « Je n’ai absolument pas envie de te le dire ~ » souffla-t-il finalement, son rictus grandissant encore un peu plus. Il passa une main dans ses cheveux pour dégager les quelques mèches blanches qui lui tombaient devant les yeux, feignant soudainement une certaine indifférence pour son interlocuteur. « Et je n’ai aucune raison de le faire » se contenta-t-il d’ajouter.




©INCUBUS
Invité

avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mar 28 Mar - 21:37

❝ Règlement de compte ❞
- Kun & Izao -
Je ne t'aime pas, mais je dois apprendre à travailler avec toi. L'ennui c'est que toi non plus ... Tu ne m'aimes pas, en même temps on semble aimer personne...
Il ne voulait pas répondre, en plus, il se montrait limite insolent avec lui. Levant les yeux vers le ciel, l’agacement se fit bien voir sur le visage du chinois. Bon sang … S’il ne risquait pas sa vie, il lui aurait déjà mis son poing dans la figure. Se mordant la langue pour essayer de se détendre et relâcher la pression, Kun finit par souffler lentement avant de regarder Izao quelques secondes après. Mais … Raté ! Rien qu’à le regarder il était fou de rage. « Sale petit con ! » Kun le bouscula au niveau des épaules et le regarda de nouveau avec colère. Ce n’était pas possible, il ne supportait pas l’idée qu’on lui manque autant de respect. « Izao. Je ne suis pas là pour jouer. Arrête de te comporter comme un gosse. » Il était insupportable, ils avaient passés l’âge de jouer les idiots et agir comme s’il ne voulait pas lui confier son secret. Il avait juste à lui dire oui ou non, ce n’était pas compliqué. Mais il savait parfaitement que plus il s’énervait, plus cela pouvait satisfaire Izao. Mais comment réfréner son côté impulsif ? Cela était impossible chez lui. Il avait ce soucis de contrôle ce n’était pas nouveau et pas un mystère pour le japonais.

Serrant les poings, le bras droit de Kun tremblait dangereusement. L’envie de lui en mettre une n’était pas loin. Cependant, mourir à cause de lui est-ce raisonnable ? En même temps … Personne ne pourrait lui reprendre le coup qu’il se serait pris. Ah ! Ça pourrait tellement le soulagé ! Et puis vu les lieux, c’était sa parole contre la sienne, il n’y avait personne et vu son état de santé, Kun pouvait toujours dire qu’il était tranquillement dans sa chambre en train de se reposer. « Je te le redemande encore une fois … Et s’il te plait, ne joues pas les gamins comme d’habitude. » Kun prenait le temps de poser chaque mot et les dire clairement. Après tout, peut-être qu’Izao avait simplement un souci pour comprendre quand on lui parle ? Il était peut-être hyperactif et qu’il manquait d’attention … Oui, Kun pouvait être médecin à ses heures perdues, mais bref ! « Es-tu responsable des événements par rapport au cache-cache annuel ? » Il avait un espoir vraiment minime qu’Izao lui réponds franchement, cela serait quand même plus pratique pour lui.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 408 MOTS.

Invité

avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mer 29 Mar - 20:36


Règlement de compte
Kun x Izao







Un rictus mauvais vint fendre ses lèvres alors que Kun perdait peu à peu ses moyens. L’insulte qui lui échappa n’eut même pas le don de le surprendre. L’automnal avait toujours était vulgaire avec lui. A croire qu’il ne parvenait pas à retenir ses mots. Et le jeune homme eut beau s’approcher de lui pour le bousculer avec rage, Izao ne broncha pas. Son sourire restait bel et bien flanqué aux coins de ses lèvres, plus ironique que jamais. C’était exactement ce qu’il voulait : le voir s’énerver contre lui. Néanmoins, son sourire devint un peu plus amer lorsqu’il le traita de gosse. Il détestait particulièrement se faire traiter d’enfant, ce que les gens semblaient pourtant prendre un malin plaisir à faire. « Tu as beau avoir corrigé ta manie d’arriver en retard, je vois qu’il y a encore des progrès à faire au niveau du langage... » répondit-il avec encore plus d’insolence, tentant de le provoquer davantage. Son regard descendit sur ses poings, qu’il voyait trembler dangereusement. Izao savait parfaitement ce qu’il devait se tramer dans l’esprit de Kun et s’en amusait. Il pouvait le frapper, si c’était ce dont il avait besoin : il ne se défendrait pas. Mais cela n’aurait certainement pas arrangé la situation dans laquelle ils se trouvaient. Il fut cependant surpris de voir que le jeune homme reprenait un semblant de calme. « S’il t plaît » ? Etait-ce bien ce qu’il venait de lui dire ? Il haussa un sourcil pour le dévisager un instant, perplexe. Pourquoi tenait-il donc tant à avoir une réponse ? Le printanier croisa les bras contre son torse, le détaillant avec attention. « Et qu’est-ce que tu ferais, si j’avais vraiment un lien avec tout ça ? Me dénoncer au système ? » lui demanda-t-il, railleur. Il ne comprenait définitivement pas ce que Kun pouvait avoir dans la tête. « Si je venais à tomber, tu tomberais avec moi. Nous avons déjà coopéré ensemble, et tu sais bien que j’ai des preuves. Et puis...l’Héritage ne se fera pas prier pour se débarrasser de toi une bonne fois pour toutes » termina-t-il sur un ton léger. Il s’éloigna un peu plus de lui, ses pas résonnant dans la serre silencieuse. Il avait beau essayer de comprendre, il ne voyait pas ce qui le poussait à se faire si menaçant avec lui. Au fond, qu’est-ce que cela pouvait bien changer ? Izao se retourna vers lui pour le regarder d’une étrange façon. « Que serais-tu prêt à faire pour que je te dise la vérité ? » Son sourire mauvais réapparu. Oui, c’était une très bonne question.




©INCUBUS
Invité

avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mer 5 Avr - 17:56

❝ Règlement de compte ❞
- Kun & Izao -
Je ne t'aime pas, mais je dois apprendre à travailler avec toi. L'ennui c'est que toi non plus ... Tu ne m'aimes pas, en même temps on semble aimer personne...
Cette situation avait assez duré, Izao n’était vraiment pas la personne que Kun appréciait avoir en face de lui. S’ils pouvaient régler cette affaire rapidement, cela serait vraiment bénéfique pour lui. Surtout qu’Izao se permettait de faire des remarques sur son comportement. C’était tellement ironique venant de lui, il ne devait surement pas réaliser comment il était. Certes, il n’avait pas un langage vulgaire ou mal placé, mais il avait un comportement… Kun rêvait de lui foutre des baffes et il était certain de ne pas être le seul à vouloir le faire. Il le laissait parler, à vrai dire il ne pouvait pas faire grand-chose d’autres d’espérer ; presque bêtement ; que le jeune homme parle. Il comptait le dénoncer ? Non … Cela n’était pas dans son projet, il avait un projet bien plus sombre pour lui s’il venait à avoir provoqué la mort de personnes précieuses pour ses proches. Kun avait peu de limite et envisager de tuer quelqu’un n’était pas quelque chose qu’il pouvait un jour s’interdire pour sauver et mettre en sécurité les siens. « Tu m’as pris pour un mouchard ? » C’était presque insultant de laisser entendre que Kun allait le dénoncer. Il pouvait régler cela seul comme un grand. La suite des paroles d’Izao lui fit grincer des dents. Cet enfoiré serait prêt à le faire couler avec lui ? Enfin rien de bien étonnant, mais cela le conforter dans son idée de base. « Je pense que l’Héritage à d’autres priorités que se débarrasser de moi. En finir avec un petit voleur … C’est pas important. » Il est vrai qu’avec les données d’Izao il ne serait pas qu’un simple voleur, mais qu’importe. Il cherchait un moyen de lui faire comprendre qu’il s’en fichait.

Il laissa Izao s’éloigner de lui, après tout mettre de la distance entre eux deux, n’était pas une mauvaise idée. Kun aurait moins de facilité à lui mettre son poing sur la figure s’il prenait de la distance avec lui. Néanmoins, il était persuadé que le jeune homme n’allait pas tarder à avoir une brillante réplique. Levant les yeux au plafond en l’entendant prendre la parole. Kun pouvait être persuadé que le japonais avait encore des projets farfelus. « [color=limegreen] Qu’est-ce que tu as en tête exactement ? [color] » Kun était plus du genre à juger s’il acceptait après avoir connaissance de son idée. Il ne lui faisait pas confiance, il n’allait pas dire ce dont il était capable. « Te connaissant tu as surement déjà quelque chose à me demander en échange. » Kun passa sa main dans sa nuque avant de sourire malicieusement. « Bien que tu pourrais déjà me supplier d’épargner ta sale petite gueule. » Oui, le langage soutenu de Kun était de retour. C’était plus fort que lui, il ne pouvait pas s’empêcher d’être mal honnête. Après même s’il ne parlait pas … Il pouvait toujours se défouler sur sa tronche. Même sans savoir la vérité, il pouvait toujours trouver un certain plaisir à laisser exprimer sa colère et sa haine contre lui.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 520 MOTS.

Invité

avatar
Revenir en haut Aller en bas
Dim 9 Avr - 21:41


Règlement de compte
Kun x Izao







La tension montait doucement mais sûrement. Izao jubilait silencieusement. Toute la facette la plus détestable de sa personnalité semblait ressortir en cet instant. Il éprouvait ce besoin, compulsif, de chercher la confrontation. Créer des disputes. C’était plus fort que lui...mais néanmoins nécessaire. Il avait besoin de ressentir la haine. Il avait besoin de haïr. Simplement. Et Kun était certainement la personne la plus apte à lui offrir ce qu’il désirait. A ses commentaires, rageurs, il haussa les épaules. Il ne s’attendait plus à rien. A vrai dire, il s’en moquait. L’automnal ne marchait plus dans le même camp que lui, il n’avait plus aucune utilité à ses yeux. Il se retourna vers lui, afficha un sourire carnassier. « Ce que j’ai en tête ? Je me demande...est-ce que je devrais vraiment te le dire ? » demanda-t-il, narquois comme jamais. Il fit mine de réfléchir un instant. Ce qu’il voulait ? Simplement...le détruire ? Oui, c’était une excellente idée. A ses menaces, Izao se mit à rire de bon cœur. « Kun, voyons... » Profondément amusé, il s’approcha de lui, sournois. « Est-ce que tu penses vraiment être en bonne position pour me menacer ? » Sa question, prononcée entre deux éclats de rire, était malgré tout sérieuse. Le printanier avait des oreilles partout. Et il fallait dire que les nouvelles allaient vite. « Tu devrais réfléchir avant de dire ce genre de choses. Car, contrairement à toi, je n’ai personne à perdre, si tu vois ce que je veux dire... » siffla-t-il. Kun devait très bien comprendre ce qu’il insinuait.  Izao venait de renverser sa menace. Le japonais n’était rattaché à personne. Il n’avait pas à craindre pour la vie d’un autre, n’avait pas de faiblesse...contrairement à son interlocuteur. Il passa une main dans ses cheveux argentés, satisfait. Il croisa les bras sur sa poitrine, se balançant d’un pied sur l’autre tout en chantonnant joyeusement. Il adorait par dessus tout se sentir en position de force. « Bien. Pour revenir à ta question précédente... » commença-t-il, fixant son regard obscur sur lui. Il avait peut-être une idée. « Je pourrais peut-être te dire ce que tu veux tant savoir...si tu acceptes de venir me lécher les pieds » Un éclat sadique passa dans son regard. Il voulait voir Kun se rabaisser, s’humilier devant lui. Il voulait l’écraser, totalement. « Qu’en dis-tu ? C’est une proposition acceptable, n’est-ce pas ? » rajouta-t-il tout en penchant la tête sur le côté, lui souriant à pleine dents.



©INCUBUS
Invité

avatar
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLOOD SEASONS :: l'héritage :: quatrième étage :: serres-