Blood Seasons ferme ses portes.

Règlement de compte. | Pv Izao |

 :: l'héritage :: quatrième étage :: serres Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ven 14 Avr - 20:32
Règlement de compte
Izao & Kun
Il venait vraiment de la menacer ? Il était réellement sérieux là ? Surtout qu’il semblait vouloir s’en prendre aux personnes qu’il aimait et surtout une personne en particulier. Il était au courant ? Hum. Il pensait avoir était très discret pourtant sur leur relation. Et qu’il envisageait de s’en prendre à elle… Il ne pouvait l’accepter. Serrant d’autant plus les poings, il essaya du mieux possible de rester le plus calme possible et ne pas céder à la folie. Il ne pouvait pas le frapper. Il risquait gros, sa vie et surtout ne plus jamais voir Giu ou Cheol Soo ou même encore sa mère adoptive, Ma’. Il fallait donc rester le plus calme possible. Inspire, expire … Ce type n’en vaut pas la peine, il pouvait largement rester le plus zen possible et ne pas envisager de le frapper. Passant une main dans ses cheveux, il ne lâcha pas du regard Izao. Il n’avait pas confiance en lui, cela n’était pas nouveau ! Si bien qu’il n’allait pas lui donner un seul répit. Rester sur ses gardes était la meilleure chose à faire avec lui.

Regardant Izao se balançait d’une manière si enfantine, il avait presque ; oui presque ; pitié de lui. Sa folie n’était surement pas facile à vivre, il devait bien souvent se sentir très seul. Mais alors qu’il se mit à énoncer ses conditions, le jeune homme releva son sourcil avant de soupirer longuement. Il se moquait de lui ? Il pensait sincèrement qu’il allait accepter qu’on se moque de la sorte de lui ? Grognant et alors qu’Izao lui demandait si cela était une condition acceptable, il se rapprocha à grands pas de lui. L’attrapant alors par le col de son haut, il le rapprocha tout en levant son bras prêt à lui mettre son poing dans la figure. « Arrête de te moquer de moi ! » Fou de rage, Kun n’eut pas le temps de réfléchir plus longtemps qu’il abattit son poing sur la figure du jeune homme. Ah ! Ce que cela pouvait être plaisant et surtout le soulager grandement. Il pouvait enfin se venger et surtout évacuer de la haine enfouit en lui. « On ne joue pas selon tes règles Izao, mais les miennes ! » Il releva son poing pour le menacer de lui en mettre une autre alors qu’il resserrait son emprise au niveau de son col. « Réponds moi ! » Il en avait assez, il ne pouvait pas rester calme plus longtemps. Et puis, il l’avait promis à Giulietta de s’occuper de celui ou ceux qui avait fait cela.
Nymeria. ♕ 441 mots.
Invité

avatar
Revenir en haut Aller en bas
Dim 16 Avr - 19:04


Règlement de compte
Kun x Izao







C’était particulièrement amusant de voir le visage de Kun exprimer tout le ressentiment qu’il avait à son égard. Il tentait de se contrôler, de ne pas céder à la colère. Izao en était parfaitement conscient. Mais pour lui, tout cela n’était rien d’autre qu’un jeu. Au fond, dire la vérité ne lui coûtait rien du tout. Il avait cependant besoin de jouer avec les nerfs de son interlocuteur. Peu importait ce qu’il faisait, le printanier avait besoin de n’en faire qu’à sa tête. Susciter la haine...était de loin ce qu’il préférait. Un sourire victorieux prit place sur ses lèvres alors que Kun l’agrippait avec violence par le col de son haut. Craquerait-il ? En le voyant lever son poing dangereusement au dessus de lui, son rictus s’agrandit. Cela présageait de très bonnes choses. Le coup sembla partir de lui-même. Izao tituba légèrement sous la violence qu’il avait mis dans son geste. Visiblement, cela venait du cœur. Il venait de toucher une corde sensible et son interlocuteur atteignait les limites de sa patience. La douleur qui explosa à son visage n’eut pourtant pas le don d’effacer son sourire narquois. Malheureusement pour Kun, ce n’était pas le genre de choses qui le stoppaient. Au contraire. S’il pouvait le voir encore plus hors de lui, il n’hésiterait pas à se faire frapper davantage. Le japonais essuya le sang qui commençait à couler de son nez d’un revers de la main, ne détachant pas son regard noir de son interlocuteur. Ses menaces ne lui faisaient pas même ciller, au contraire, il se mit à rire. Un rire moqueur qui laissait entrevoir une légère part de folie. C’était plus fort que lui ; il éprouva quelques difficultés à se calmer. « Avoue que ça t’arrangerait ! » cracha-t-il avec provocation. « Tu tiens tellement à trouver un coupable que tu rejettes tout sur moi sans même réfléchir, pas vrai ? » Il le fixait droit dans les yeux, un amusement malsain prenant place sur son visage. Izao était quasiment persuadé de ce qu’il avançait. Kun voulait qu’il soit le coupable. Cela aurait été plus simple. Et, de surcroît, cela lui donnait une bonne raison pour le frapper, lui qui semblait toujours en avoir crevé d’envie. « Plutôt que de te décharger sur les autres, tu devrais plutôt remettre en question ta propre faiblesse pour n’avoir rien pu faire quand c’est arrivé ~ » Kun avait beau lui avoir dit qu’ils ne jouaient plus que selon ses règles, Izao ne l’entendait pas de cette oreille. A présent, il était bien décidé à se retrancher davantage dans la provocation.



©INCUBUS
Invité

avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mer 19 Avr - 18:21
Règlement de compte
Izao & Kun
Sentant son corps trembler de colère, le jeune homme n’avait pas l’intention de le laisser s’en sortir aussi facilement. Serrant les dents, Kun le fixait hors de lui et les paroles du japonais n’avaient rien pour le rendre plus calme. Est-ce qu’il … Il avait fait une erreur, Izao ne serait pas le coupable ? Cela semble tellement improbable, Kun ne pouvait pas s’être trompé de la sorte. Soulevant un peu le col de son vis-à-vis, il se mit à grogner de rage. « Je ne connais pas une pire enflure que toi Izao. Pourquoi tu ne serais pas dans le coup. Ou alors tu es bien con de ne pas chercher à te défendre. » Resserrant de nouveau son empire sur son col, le jeune homme le secoua un peu. « Ça serait bien une preuve de ta folie ! » Cette situation ne pouvait pas durer de toute manière. Il allait finir par devenir fou de rage avec lui. Levant de nouveau son poing, il ne supportait pas l’idée de se laisser ridiculiser de la sorte par ce type. L’écoutant, Kun eut du mal à déglutir. Il n’avait pas été à la hauteur ? Lâchant soudainement l’emprise sur le col d’Izao. Kun se perdit un instant dans ses pensées. Il n’avait pas été à la hauteur. C’était vrai. Il n’avait pas réussi à aider son meilleur ami et veiller totalement sur Giu. On avait dû l’aider lui.
Sentant un pic de colère remonter en lui, Kun poussa violemment le japonais tout en le fixant avec haine. « Qu’est-ce que tu peux savoir ? De toute manière, j’ai quelque chose que tu n’auras jamais … Du soutien et de l’amour d’autres personnes ! » Kun était persuadé qu’il avait beaucoup plus qu’Izao. L’ennui c’est que sa colère perpétuelle pourrait bien lui jouer des tours et faire s’éloigner des personnes de lui. Cela ne serait pas nouveau. Il avait fini par frapper … Sans savoir si le japonais était réellement coupable. Il avait juste ressentit ce grand soulagement et cette satisfaction de lui faire mal. Est-ce qu’il était différent de lui finalement ? C’était à se poser la question. « Ne commence pas à me faire croire que je ne suis rien, cela ne marchera pas avec moi. Tu peux juste être sûr d’une chose Izao. J’espère que tu n’as rien à voir avec cela, parce que je m’assurerai que tu subisses plus qu’un coup de poing. Enfoiré. » Oui, un petit mot doux. C’était trop difficile pour lui de ne pas l’appeler d’une manière aussi douce. Ah … Son Izao, une grande histoire d’amour.
Nymeria. ♕ 442 mots.
Invité

avatar
Revenir en haut Aller en bas
Dim 23 Avr - 11:52


Règlement de compte
Kun x Izao







Izao écoutait son interlocuteur parler d’une oreille distraite, quand bien même celui-ci lui parlait avec violence tout en le secouant. C’était toujours la même chose. Kun ne différait pas des autres, finalement. Il était incapable de reconnaître le bien fondé de ses actions. Un sourire acide étira ses lèvres. Personne n’était capable de comprendre, après tout. Clamer sa prétendue folie était l’unique chose qu’ils étaient capables de faire. Izao pensait différemment : lui seul réalisait que leur monde ne tournait plus rond et ce, depuis bien trop longtemps. Il soupira faiblement alors qu’il voyait Kun lever une nouvelle fois le poing, ne bougeant pas d’un centimètre. Il n’avait qu’à le frapper, vu qu’il en mourrait d’envie. Cela n’aurait d’aucune façon fait avancer la situation.
Lorsque le jeune homme relâcha enfin son col pour ensuite le pousser violement, Izao le regarda avec une satisfaction cruelle. Il semblait, malgré tout, avoir touché un point sensible. Néanmoins, les paroles que lui lança Kun le fit grincer des dents. Encore. C’était bien trop facile de l’attaquer sur ce point. Tout le monde ne cessait de fanfaronner devant lui, s’acharnant à lui répéter qu’il était seul. Et il était seul. Mais il s’agissait –il s’en persuadait- de son propre choix. « Du soutien et de l’amour ? » répéta-t-il, sarcastique. « Tu ne peux même pas savoir à quel point je me moque de connaître ou non ces futilités. Je ne suis pas un faible qui se repose sur les autres, après tout » Il avait lancé cette pique dans un sourire narquois. Pour l’instant, Izao était incapable d’accorder de l’importance à ce genre de chose. En quoi aurait-il pu vouloir être soutenu ? Comment ? Tous ces « autres » étaient bien trop stupides pour saisir ses aspirations.
Ses derniers mots ne firent que faire redoubler son sourire carnassier. Les menaces de Kun n’était rien que du vent. Après tout, il était relativement difficile de vouloir intimider quelqu’un qui n’avait pas même peur de mourir. Le japonais eu un haussement d’épaule. Cause toujours. Finalement, il s’approcha un peu plus de lui, affichant un visage effronté. « Tu veux que je te dises la vérité, Kun ? Si cela avait été moi, tu n’aurais même pas été là pour pleurer sur ton sort comme tu es en train de le faire » finit-il par avouer, moqueur au possible. « Jamais, JAMAIS, je n’aurais fait quelque chose de si incomplet. De si laid. Moi, J’aurais réussi où ils ont lamentablement échoué » Un éclat de folie passa dans ses yeux ; Izao était intimement convaincu par ce qu’il venait de dire.



©INCUBUS
Invité

avatar
Revenir en haut Aller en bas
Ven 28 Avr - 20:57
Règlement de compte
Izao & Kun
L’amour et le soutien était une preuve de faiblesse ? Eh bien, il était ravi d’être faible dans ce cas. Une personne ne pouvait après tout, pas vivre sainement sans le soutien et le réconfort de ses proches. Ca Kun en était persuadé. Sans soutien, une personne ne pouvait pas vivre. Restant sans rien dire, il était persuadé que son idée ne serait pas partagée par lui. A quoi bon partir dans un débat futile et sans intérêt avec lui ? Il le pensait faible parce qu’il avait de l’amour et du soutien … Eh bien, qu’il pense de la sorte, cela n’avait pas d’importance pour lui. Il pouvait vivre « faiblement ». Restant à l’écart du japonais, son regard noir ne le lâchait un instant. Kun n’avait pas pu s’empêcher d’énoncer des menaces envers le jeune homme. Néanmoins, il n’était pas fou. Il savait parfaitement que cela volait au-dessus de la tête d’Izao. De quoi le rendre encore plus dingue et énervé. Il aurait été prêt à le frapper à nouveau si le japonais n’avait pas repris la parole. De quoi ? Il cligna des yeux longuement avant de sentir son ventre se nouer. Non, il mentait … Il ne pouvait pas être en dehors de cette histoire. Il n’aurait pas pu le dire avant ? Non mais ce type était complétement fou et … Kun posa son regard sur le visage du japonais. Il l’avait frappé, il risquait sa vie à cause d’un abruti. Il ne savait pas si Izao serait capable de le dénoncer. Il n’était sûr de rien, mais Kun venait peut-être de signer son arrêt de mort.
Kun soupira doucement et lâcha enfin du regard le japonais pour fixer le sol. Il était assez contrarié, il faut dire que tout cela n’arrangeait en rien ses affaires. Il avait bêtement craqué, il n’avait pas résisté… Son impulsivité avait parlé avant que son être ne réfléchisse calmement à la situation. Merde ! Il l’avait poussé à bout. Cela avait du bien le faire marrer ! Maintenant il devait se méfier de lui. En tout cas, tout cela n’avait pas l’air de calmer réellement la colère du chinois. « Pourquoi est-ce que tu n’as rien dit avant ? C’est ton plaisir personnel de te faire frapper ? » Il faut dire qu’imaginer Izao dans des relations sadomasochistes n’aurait rien de très surprenant d’après le jeune automnal. Izao était tellement particulier que tout aurait un certain « sens ». « Je suppose que tu n’as pas de nom à me fournir ? » Après tout, il pouvait peut-être en savoir plus en questionnant le jeune homme. Reposant enfin les yeux sur le japonais, il n’avait pas l’intention de baisser le regard pour le moment. Il devait continuer à le questionner.
Nymeria. ♕ 465 mots.
Invité

avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mer 3 Mai - 0:33


Règlement de compte
Kun x Izao







Un sourire aigre se dessina sur ses lèvres avec démesure lorsqu’il vit le visage de Kun changer sensiblement à ses paroles. Oui, il n’avait rien à voir avec tout cela, aussi surprenant que cela pouvait être. Et oui, le jeune homme venait donc de l’accuser à tort, sans la moindre preuve valable. Simplement...parce qu’il aurait aimé que cela soit le cas, n’est-ce pas ? A cette pensée, et devant la face troublée de son interlocuteur, Izao se mit à rire, profondément amusé. La situation avait presque quelque chose de comique. Kun venait de réaliser son erreur. Erreur qui pouvait lui être fatale, s’il décidait à la tourner à son avantage. Mais il était d’une tout autre humeur.
Les propos rageurs qu’il lui lança ne firent que redoubler son ricanement. Il tenta cependant de se ressaisir, passant une main blême sur son visage pour tenter de se calmer. Il le fixait toujours d’un regard moqueur. « Parce que cela n’aurait pas été amusant~ » répondit-il dans un petit rictus, comme si cela semblait évident. Il soutenait le regard haineux de Kun avec légèreté. « Et pourquoi est-ce que tu as commencé à me frapper avant même de savoir si tu avais une bonne raison de le faire ? » Sa question trahissait une profonde ironie. Izao fit mine de réfléchir un instant, tapotant ses lèvres du bout de son index. Une nouvelle grimace tordit finalement sa bouche. « Oh, je sais. Parce que tu es stupide » lâcha-t-il finalement sur un ton enfantin, bien décidé à l’énerver davantage. Tout portait à croire qu’il ne demandait qu’à se faire frapper une nouvelle fois. Certainement avait-il des penchants qui tendaient au masochisme, mais il n’était pas encore décidé à donner raison au jeune homme.
Ses yeux noirs se plissèrent légèrement. Ah, ce qu’il pouvait le haïr...c’en était exaltant, surtout lorsqu’il n’avait pas à se retenir. Ici, Izao pouvait dévoiler son véritable visage : celui qui maudissait le monde entier. Il marqua une courte pause, regarda ses mains avant de tenter d’essuyer les quelques tâches de sang qui s’y étaient imprimées. « Essaye de deviner ? » demanda-t-il d’une voix joueuse avant de se raviser. « Quoique. Tu es vraiment trop mauvais à ce jeu, ce n’est pas une bonne idée.... » Nouveau sourire ironique. Il s’écarta de lui, sentant que les coups n’allaient pas tarder. Kun l’avait déjà frappé une fois, qu’il le fasse une seconde n’aurait plus rien changé, là où ils en étaient. Izao fit quelques pas, leva les yeux vers le plafond de la serre, songeur. « Je n’ai pas vraiment plus d’informations que toi là dessus. Mais j’aimerais bien savoir... » murmura-t-il avant de se retourner pour le toiser de ses yeux obscurs.



©INCUBUS
Invité

avatar
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLOOD SEASONS :: l'héritage :: quatrième étage :: serres-