Blood Seasons ferme ses portes.

This world has changed || Jun Ha

 :: l'héritage :: deuxième étage :: bibliothèque Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ven 24 Mar - 20:26


THIS WORLD HAS CHANGED
Jun Ha & Mahiro


Tout avait changé. Après l’horreur, après l’angoisse, il y avait eu la tristesse. Une tristesse immuable qui avait plongé tout l’Héritage dans un état de convalescence. On tentait de panser les plaies, on essayait de se reconstruire. Mais les pertes étaient grandes, à l’instar de la douleur. En vérité, Mahiro n’avait pas compris. Pas tout de suite. Il y avait eu du grabuge puis, soudainement, la panique avait surgi de nulle part, de partout à la fois. Lui qui avait toujours vécu « à côté » des autres, à part, avait partagé avec eux un événement des plus conséquent de leur Histoire. Il avait partagé leur terreur. Lorsque ses yeux s’étaient posés –malgré lui- sur les corps qui n’avaient cessé d’affluer à l’hôpital, son être avait été parcouru par une sensations inconnue. C’était...différent de tout ce qu’il avait pu connaître. C’était inattendu. Surprenant. Effrayant.
L’Héritage avait procédé à une reconfiguration partielle de son système. Les besoins avaient changés ; les postes aussi. Mahiro avait été amené à faire un choix. Encore une fois, cela l’avait pris au dépourvu. Il ne savait pas quoi faire, pas vers quoi s’orienter. Ses conditions de santé toute « particulières » ne lui permettaient que très peu de choses. A contre cœur, il avait dû quitter son poste au service de l’enseignement pour se rediriger vers celui de l’agriculture. Les conditions requises étaient certes physiques, mais on le ménageait. De la sorte, lorsqu’il n’était pas à l’hôpital, le jeune homme s’occupait en grande partie des animaux, fuyant la compagnie des autres. Travailler avec autant de monde le rendait mal à l’aise, fébrile. Avec le temps, avec le recul, il avait fini par comprendre que les liens de solidarité qui se tissaient peu à peu entre les Héritiers ne le concernaient pas. Mahiro n’était pas dupe : il tomberait bien avant ce système. Néanmoins, il y avait malgré tout du positif quant à ces événements. Les saisons avaient été perturbées, presque dissolues. On y portait moins attention. Et quand bien même il avait perdu son logement, un de ses bons amis, Camille, avait gentiment accepté de l’héberger le temps que la situation évolue. Ses parents, eux, avaient pu être logé par certaines personnes des saisons supérieures. La situation, en soi, aurait pu être bien plus terrible. Et, d’un certain côté, cela lui faisait presque du bien d’être un peu détaché d’eux. D’un autre côté, il se sentait parfois gêné d’imposer sa présence à Camille, l’empêchant certainement de mener ses affaires comme il l’entendait. Malgré tout, il appréciait sa compagnie. Cependant, même s’il passait plus de temps avec son ami, cela était au détriment d’un autre... Pour la première fois depuis sa naissance, Mahiro s’était vu séparé depuis plusieurs semaines de Jun Ha. Le choix imposé par l’Héritage leur avait fait prendre tous deux un chemin différent. C’était certainement la partie la plus difficile pour lui. Après avoir vécu leur scolarité ensemble, ils avaient décidé d’embrasser la même voie. Les récents événements avaient pourtant bousculé cet équilibre. Cette fois-ci, il avait été impossible pour Mahiro de le suivre dans son nouveau métier.
Ils ne s’étaient pas vu depuis plusieurs semaines : depuis l’incident. Le jeune homme avait été rassuré de voir son ami sain et sauf, mais ils n’avaient réellement pu trouver le temps de se parler au sein de toute cette pagaille. Puis, les événements s’enchaînant à toute allure...ils n’avaient pu se voir. Ils s’étaient néanmoins donné rendez-vous à la bibliothèque afin de pouvoir passer un peu de temps ensemble. C’était une bien maigre consolation qui était pourtant nécessaire. Mahiro avait besoin de le voir, de parler avec lui, comme ils avaient pu le faire autrefois.

Il se trouvait déjà à la bibliothèque quand Jun Ha arriva. Assis dans l’un des nombreux fauteuils, Les fleurs du mal en main, il lisait calmement des vers, comme à son habitude. La poésie, inexplicablement, le détendait. En posant le recueil à côté de lui, il se leva pour accueillir son ami. Mahiro avait précisément choisi cette heure de la matinée afin d’éviter le monde ; en cet instant, l’endroit était presque désert. Il lui offrit un sourire alors qu’il l’aborda. « Cela me fait vraiment plaisir que tu aies pu te libérer ! Je commençais à trouver le temps long ... » Il le regarda attentivement avant de froncer légèrement les sourcils. Son ami paraissait bien fatigué. « Comment vas-tu ?... »lui demanda-t-il, soucieux, tentant malgré tout de ne pas le presser de questions trop rapidement.


Invité

avatar
Revenir en haut Aller en bas
Dim 2 Avr - 21:02
THIS WORLD HAS CHANGED
ANDERSEN JunHa
&
LACROIX Mahiro
Si un jour on avait dit à Jun Ha que tout ce qu’il avait toujours connu allait changer en une seule soirée, il n’y aurait pas cru. Le garçon pensait vraiment que personne ne puisse être assez fou pour faire ce qui a été fait. Bien que des gens étranges, il en connaissait déjà. Mais il fallait croire que si, des gens aussi tarés existaient et Jun Ha avait du bien se mettre dans la tête que ce terroriste ne devait pas être le seul à penser comme ça, d’autres comme lui étaient certainement en train de préparer des événements du même genre, tapis dans l’ombre. Le garçon se posait beaucoup trop de questions et il avait passer des soirées à se demander comment un humain pouvait avoir de tels objectifs. Mais maintenant, c’était fait et le retour en arrière était impossible. Son petit quotidien plus ou moins tranquille avait totalement différé et il allait falloir attendre avant que tout redevienne comme avant.

Jun Ha avait du quitter l’appartement qu’il partageait avec ses parents, maintenant en ruine, pour aller se faire héberger par des personnes qu’il ne connaissait pas. Ça c’était fait un peu par hasard. D’ailleurs, si une place était libre chez ces gens, c’est parce qu’un père était décédé. Il voyait surtout cette femme, veuve maintenant, son fils étant encore à l’hôpital. Jun Ha avait d’ailleurs prévu d’y passer pour aller se présenter au jeune homme, ne voulant pas paraître impoli. Ce n’est pas comme si il n’avait pas l’habitude de passer voir des amis dans cette endroit. Le fait de rester chez des gens qui ne soient pas ses parents le dérangeait légèrement. Il n’aimait pas être intrusif et vivre chez eux le faisait clairement empiété sur leur vie privé. Le brun se faisait donc le plus petit possible quand il était à l’intérieur pour ne déranger personne.

Après les événements, le garçon s’était aussi retrouvé séparé de ses quelques amis et ça avait été dur de reprendre le contact avec certains. Entre le changement du système des métiers, celui des saisons qui a presque été effacé et le changement de logement, il ne les voyait plus. De plus, il fallait que le téléphone de Jun Ha se soit cassé, de sorte qu’il perde même le contact virtuel avec les autres. Même retrouver son ami d’enfance, Mahiro, avait été difficile dans ces conditions. Ils ne s’étaient pas vu depuis plusieurs semaines, et ça avait même commencé à devenir pesant à la longue car l’autre faisait partit des amis que Jun Ha considérait comme des plus importants pour lui. Les deux amis avaient prit des chemins totalement différents ce qui fait qu’il n’avait pas pu réellement se voir. Jun Ha se demandait même des fois pourquoi il avait décidé de devenir explorateur et de descendre dans les étages inférieurs. Une voie loin d’être simple en somme, alors qu’il aurait pu s’engager dans quelque chose d’un peu plus tranquille. En vérité, le noiraud voulait essayer de se dépasser encore plus que d’habitude et partir explorer les ruines de l’Héritage lui avait paru être un bon moyen.

Mais aujourd’hui était un jour un peu différent. Mahiro et Jun Ha avait enfin réussi à se donner rendez-vous quelque part, un matin, à la bibliothèque. Un lieu qui leur rappelait leur ancien travail commun. Le brun poussa la porte de l’endroit quand il arriva et se dirigea vers son ami quand il le reconnu, chose facile vu qu’il n’y avait presque personne. Le noiraud fit un petit sourire à Mahiro et hocha doucement la tête en l’écoutant. « C’est vrai… Ça fait longtemps qu’on ne s’est pas vu... » Il lâcha un petit rire nerveux. « Ouais ça va, juste un peu fatigué, et toi ? » Son nouveau travail était assez éprouvant et il avait souvent du mal à s’endormir le soir à force de se poser des questions un peu inutiles. Mais ce n’était pas vraiment de sa santé qu’il fallait se soucier, Mahiro en avait une bien plus fragile que lui et le brun s’était assez inquiété à ce niveau là pour son ami.
Invité

avatar
Revenir en haut Aller en bas
Dim 9 Avr - 12:45


THIS WORLD HAS CHANGED
Jun Ha & Mahiro

Cela lui faisait bizarre de se retrouver ici,  avec Jun Ha. C’était...étrange. Mahiro éprouvait une nostalgie évidente, inévitable. Souvent –très souvent, même- il regrettait de ne plus pouvoir travailler à ses côtés comme il l’avait toujours fait. Il réalisait qu’il lui manquait douloureusement, à l’instar de ce temps qui était à présent révolu. Mais les choses continuaient, inlassablement. Ils ne pouvaient pas revenir en arrière, ne pouvaient réécrire cette page qui venait d’être tournée. C’était triste ; il ne pouvait cependant rien y faire. Le monde n’arrêtait pas sa course. Il évoluait. Changeait. Et ce, contre leur volonté.
Mahiro se détendit un peu lorsqu’il le vit sourire légèrement. Cela lui enlevait déjà un poids en moins. Il leur avait été particulièrement difficile de se retrouver après tout ce temps –temps qui lui avait paru interminable. Il eut un air désolé lorsque son ami reprit la parole. Oui, il avait de quoi être fatigué, cela ne faisait aucun doute. Contrairement à lui...Jun Ha remplissait un rôle particulièrement fastidieux, mais tout simplement primordial pour l’Héritage. Le système avec besoin de gens comme lui. Cette pensée eut l’effet de lui décrocher un sourire amer. Quant aux personnes telles que lui-même...
Il se rassit, invita Jun Ha à le faire. Ses yeux noisettes se posèrent un instant sur lui, le regardant avec douceur. Le jeune homme semblait s’inquiéter pour lui. Depuis leur plus tendre enfance, il avait suivi tous les aléas qu’avait pu traverser Mahiro à cause de sa maladie. C’était lui qui venait lui porter les cours et s’occuper de lui raconter les nouvelles de la semaine. Il l’avait soutenu du mieux qu’il l’avait pu : c’était certainement ce qui avait motivé leur amitié actuelle. Le Japonais baissa le regard. « J’imagine que ton travail n’est pas de tout repos... » commenta-t-il doucement. En effet, il avait eu vent des quelques expéditions qui se tramaient dans les sous-sols de l’Héritage. Le spectacle que leur offrait ces endroits ravagés ne devaient pas être des plus plaisants. II ne se souvenait que trop bien des corps qu’il avait vu joncher les couloirs de l’hôpital, l’horreur qu’il avait pu ressentir. Et dire que certains étaient encore confrontés à cela...
Il releva les yeux vers Jun Ha. S’il allait bien ? Il ne pouvait pas l’affirmer. Depuis sa naissance, Mahiro n’allait pas « bien ». S’il avait tenté de se mentir par le passé, s’il avait été résolu à se battre, à présent il se laissait porter avec flegme. Il n’allait pas bien, non. Et cela n’était pas prêt de changer. Mais il vivait malgré tout. Il était encore en vie. Le jeune homme avait connu des périodes particulièrement critiques, mais depuis les événements, sa santé semblait comme légèrement stabilisée. Les examens n’étaient pas bons, mais ils n’étaient pas alarmants. En cet instant, il se trouvait dans une période de répit. « J’ai connu pire » lui dit-il simplement dans un sourire. Comme à son habitude, il ne cherchait pas à se voiler la face ou à mentir. Il avait connu pire...mais certainement avait-il connu mieux. « L’hôpital a de très nombreux blessés à prendre en charge, donc tant que je ne fais pas une rechute, j’évite de les déranger » Il croisa les jambes pour s’enfoncer un peu plus dans son fauteuil. Il resta silencieux un petit instant. Il avait plein de choses à lui dire. Mais, sur le coup, sa tête semblait vide. Il ne savait plus très bien par quoi commencer. Il passa une main dans ses cheveux bruns, les tirant en arrière. Ses yeux se posèrent une nouvelle fois sur son ami. « Je suis désolé, Jun Ha » Il eut un sourire particulièrement triste. Oui, il se sentait triste. En colère contre lui-même. « J’aurais tellement voulu t’accompagner dans ta nouvelle fonction... Mais... » Mahiro s’arrêta de parler. Tous deux savaient parfaitement ce qu’impliquait cette coupure. « Si seulement je n’étais pas aussi faible... » laissa-t-il échapper faiblement, le regard meurtri.


Invité

avatar
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLOOD SEASONS :: l'héritage :: deuxième étage :: bibliothèque-