Blood Seasons ferme ses portes.

I'm happy you're alive but it isn't always easy

 :: l'héritage :: quatrième étage :: hôpital Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 29 Avr - 23:45

Find Artur all at costs

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. So, what do you do?
feat Tozawa G.
Artur & Sullivan Izao

Artur avait disparu pendant une semaine et était désormais de retour. Il avait subi une lourde opération et avait été contraint de rester alité de force une semaine. Une autre semaine de plus à être allongé dans un lit dans une chambre blanche. Satoshi n'avait pas pu venir le voir le lendemain du jour de son retour et il en avait culpabilisé toute la nuit. Pelotonné dans le lit de son meilleur ami, il s'en serait presque rongé les ongles. Il était enfin de retour et il avait fallu encore attendre pour qu'il le revoit. Il était à bout de forces, d'autant plus depuis qu'Artur lui avait pris un baiser aussi volage à peine se furent-ils retrouvés.
Il le revoyait encore, attaché à cette table en métal. Ses vêtements déchirés de part et d'autre d'où on pouvait voir les blessures qu'on avait pu lui infliger. Quant à son visage, il était encore tordu de douleur mais d'une douleur que l'on ne pouvait plus voir. Izao avait été le premier à réagir le plus vite et l'avait détacha en lui communiquant qu'il n'avait plus à s'en faire. Lui, le voir dans cet état l'avait figé sur place et lui avait glacé les sangs. Qu'avait-il seulement subi en une semaine ? Pourquoi n'était-on pas allés le chercher plus tôt ? Il s'était mordillé la lèvre inférieure avant d'aller se jeter sur lui et de pleurer. Puis, Artur s'était mis lui aussi à pleurer avant de l'embrasser comme il ne l'avait jamais fait.
Debout devant la porte de sa chambre, un bouquet de fleurs dans les mains, il était alors on ne peut plus mal à l'aise. Mal à l'aise face à ce baiser, face au fait qu'il n'avait pas pu venir plus tôt. Néanmoins, il finit par toquer à la porte et l'ouvrir pour entrer. Artur était éveillé et le regarda juste le temps de quelques secondes pour n'en détourner après pas moins le regard. Satoshi baissa la tête et s'avança vers lui pour lui tendre son bouquet de fleurs.

« Salut..., murmura-t-il, On m'a dit que tu commençais déjà à aller mieux. Enfin... Physiquement. »

Quand Artur eut pris le bouquet de fleurs, il enfouit ses mains dans les poches de sa veste et fixa ses pieds.

« Je suis désolé. »

Il s'en voulait tellement. Il était persuadé qu'il aurait pu être sauvé plus tôt s'il y avait mis plus de bon cœur. Il fallait croire qu'il ne devait pas autant l'aimer qu'il ne pouvait seulement le faire croire.


Invité

avatar
Revenir en haut Aller en bas
Dim 30 Avr - 20:12
I'm happy you're alive but it isn't always easy
Il avait l'impression affreuse de se réveiller d'un très long sommeil. Tout son corps était endolori et le moindre geste qu'il faisait lui faisait pousser un long râle de douleur. Néanmoins, ce n'était pas tant le côté physique qui le heurtait le plus, mais cette terrible douleur psychologique qui ne quittait jamais son esprit. La nuit, il tentait de dormir, mais son sommeil n'était jamais réparateur car peuplé de monstres ignobles. Il ne se rappelait pourtant que très peu de ce qui avait bien pu se passer alors qu'il avait été enlevé dans l'un des nombreux laboratoires secrets de l'Héritage. Il avait été assommé, probablement drogué plus d'une fois et il n'avait pas eu l'occasion de voir le visage des malfaiteurs.
Attaché, ficelé à une table d'opérations de laquelle il n'avait pas pu s'enfuir, il avait perdu le cours du temps. Toutes ses idées, toutes ses pensées avaient été mélangées, comme si on le condamnait à devenir une toute nouvelle personne. Lorsqu'on était venu le délivrer, on lui avait dit que cela plus d'une semaine qu'il se trouvait dans cet endroit. Ah oui, vraiment ? Il l'ignorait bien sûr, imaginant que cela faisait des années et des années qu'il n'avait pas vu un visage connu. D'ailleurs, l'un des premiers qu'il avait revu avait été celui de son meilleur ami Satoshi. Artur ne se remettait pas tout à fait la scène, mais il savait que le bonheur de revoir ce garçon l'avait assailli de toute part.
Alors il avait commencé à l'attendre, cloîtré dans cette chambre d'hôpital.
Il avait commencé à patienter pour voir le sourire de son petit vampire préféré, bien que tout le monde autour de lui semblait avoir perdu sa couleur. Le tatoueur ne possédait pas d'envie de faire quoi que ce soit, ses yeux étaient encadrés de cernes violacées comme à peu près tout le reste de son corps contusionné. Il était dans un bien piteux état, réussissant à peine à ouvrir la bouche pour manger. Les médecins avaient choisi de le nourrir par voie intraveineuse ; comme s'il ne possédait pas suffisamment d'hématomes.

Le russo-japonais était en train de remuer toute la mélasse de ses sentiments confus quand on frappa à sa porte. Il grommela vaguement quelques mots, aperçut le visage de Satoshi avant de détourner le regard. Pourquoi ? Il l'avait tant attendu et maintenant... Maintenant il n'osait pas le fixer dans les yeux. Il le laissa donc entrer, s'approcher de lui en lui murmurant quelques paroles avant de prendre le bouquet de fleurs. Il le déposa sur la table de chevet près de son lit sans rien dire - sans oser dire quoi que ce soit. C'était bizarre. Artur n'avait plus l'impression de posséder à son environnement. D'être là pour participer à la communauté de l'Héritage. Oui, vraiment, c'était comme s'il se réveillait d'un long sommeil agité.

« Ce n'est pas de ta faute. »

Voilà, il le lui avait dit. Sa voix était sortie rauque de sa gorge, mais il lui avait dit. Ce n'était pas de sa faute. C'était la faute de l'Héritage. De ceux, plus haut placés, qui n'avaient pas su voir les complots que certains avaient engagés dans l'ombre. Satoshi n'y était pour rien, Artur en était plus que convaincu.

« Viens t'asseoir, là... reprit-il en présentant le côté de son lit, comment est-ce que tu vas, toi ? »

Parler d'autre chose, c'était tout ce que désirait le tatoueur. Il en avait plus qu'assez de dire comment lui se sentait, de quelle douleur il ressentait à quel endroit parce que, dans le fond, il ignorait ce qu'il pouvait bien ressentir. Sa souffrance était interne, absorbée par chacun des pores de sa peau, alors finalement c'était presque comme s'il y était habitué voire immunisé. Après tout, il avait eu un avant goût avec Haya et son enfant. Cela aussi, ça lui paraissait être un temps bien lointain.
Triturant le drap sous ses doigts bleus, Artur ne parvenait pas à relever le visage pour regarder Satoshi. Avait-il changé ? Avait-il pleuré pour lui ? Maintenant qu'il connaissait ses sentiments, il pouvait bien le supposer.

« Je veux retourner au travail. J'ai besoin de dessiner et de tatouer », lâcha-t-il dans un murmure.

Codage par Libella sur Graphiorum

Invité

avatar
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLOOD SEASONS :: l'héritage :: quatrième étage :: hôpital-