Blood Seasons ferme ses portes.

I don't need help. I swear... (Camille)

 :: l'héritage :: quatrième étage Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 25 Mar - 4:39
I don't need help. I swear... × Camille & Giu ×
Un mois. Un mois que cette folie meurtrière avait eu lieu. Un mois que plus rien n’était comme avant. Que leur vie avait changé à tout jamais. Ouvrant peu à peu ses yeux clairs en faisant papillonner ses longs cils, Giulietta colla un peu plus son dos contre le buste de l’homme avec qui elle dormait à présent depuis des semaines, le laissant renforcer la prise de son bras autour de sa taille. Le savoir près d’elle, contre elle… c’était le seul moyen qu’elle avait trouvé pour réussir à trouver le repos. Malgré les cauchemars, malgré les angoisses… il arrivait à véritablement l’apaiser. Finissant par se retourner doucement pour lui faire face, son regard s’attarda sur ce visage endormi et si beau à ses yeux. Collant faiblement son front au sien, la jolie blonde le regarda encore un moment, un petit sourire ornant alors tristement ses lèvres. Un sentiment de culpabilité profond lui serra le ventre tandis qu’elle réalisait à quel point il devenait important et à quel point elle était idiote de rester bloquée comme ça. Inapte à donner un véritable nom sur leur relation. A officialiser réellement les choses. Les sentiments étaient là pourtant… et ils devenaient de plus en plus forts avec le temps. Pourtant, elle n’y arrivait pas. Elle n’arrivait pas à penser au bonheur depuis ce chaos. Il ne semblait pas lui en vouloir. Il comprenait. Il était juste… trop bien pour elle. Fermant un instant ses prunelles pour ressentir encore un peu de douceur, le fait de l’entendre émettre un petit son grave la fit sourire tendrement. « Rendors-toi… il te reste encore du temps. » Souffla t-elle avant de finir par se lever pour aller se préparer pour une autre journée de travail en tant qu’exploratrice. Une fois que ce fut fait, elle prit la peine de s’approcher de nouveau de Kun qui somnolait toujours paisiblement. Posant ses lèvres sur son front pour lui dire au revoir, Giu quitta ensuite l’appartement, le cœur lourd… comme chaque matin.

~

Lorsque son travail fut terminé en fin d’après midi, elle rentra prendre une douche et revêtir une tenue plus féminine et ravissante que les combinaisons disgracieuses et poussiéreuses auquel les explorateurs avaient droit. Coiffant ses longs cheveux blonds avant d'être prête, la summer se rendit ensuite à la serre afin d’aller chercher des fleurs. Des fleurs qu’elle embarqua avec elle à l’hôpital. Sa visite n’était pas programmée seulement… cela faisait un moment qu’elle pensait à revenir afin de la voir. Revoir cette personne à qui elle devait beaucoup. Faisant d’abord un saut près du secrétariat, on lui assura que le Docteur Nakajima n’avait plus de patients pour aujourd’hui et qu’il demeurait encore dans son bureau. Prenant son courage à deux mains, Giulietta alla donc toquer à la porte de l’office, un sourire simple et agréablement doux naissant lorsque Camille ouvrit alors la porte. « Bonjour Docteur. » Dit-elle de sa voix suave, espérant qu’il la reconnaissait. « Excusez-moi pour le dérangement… Je suis Giulietta Riddle. Je voulais simplement vous offrir ceci. » Tendant aimablement le joli bouquet de fleur qu’elle avait fraichement apporté. « Ce n’est pas grand-chose et je m’en veux de venir aussi tard mais… Je voulais vraiment vous remercier pour l’aide que vous nous avez apportée, à mon ami et moi... Merci infiniment ! » Sans lui, elle n’aurait peut être pas réussi à sauver Kun. Sa présence avait été d’une grande aide et elle lui en était très reconnaissante. « J’espère que vous allez bien ? » Demanda t-elle, timidement soucieuse et inquiète. Elle espérait que rien ne soit arrivé à ses proches. « Je… je ne vais pas vous embêter plus longtemps, vous devez avoir hâte de rentrer après votre journée. » Un sourire doux étira ses lèvres en supposant cela, ne voulant pas s’imposer.
code by lizzou × gifs by tumblr
Riddle Giulietta

Date d'inscription : 16/09/2016
Messages : 564
situation marital : Amoureuse de Kun ♥
Appt n° : 110
Emploi/études : Restauratrice d'oeuvres d'art anciennes + exploratrice
Passe-temps : se cultiver sur l'ancien monde, la littérature, chanter, la photographie
avatar
http://blood-seasons.forumactif.org/t66-riddle-giulietta-ft-agron-dianna http://blood-seasons.forumactif.org/t67-riddle-giulietta#399 http://blood-seasons.forumactif.org/t64-16-09-2016-riddle-giulietta-ft-agron-dianna https://www.wattpad.com/user/Clowride
médaille bronze



Si je le pouvais, alors je voudrais... aller n'importe où tu voudras. Si je pouvais... ne te faire appartenir qu'à moi, alors j'irais n'importe où tu iras. Dans ton cœur, dans ton esprit tout entier... Je resterais ma vie entière tout près de toi, à tes cotés.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 21 Avr - 0:30
I don't need help. I swear...

C'était étrange à quel point le temps pouvait s'écouler différemment parfois. Cela faisait désormais un mois que les attentats avaient eu lieu et Camille n'arrivait pas à croire que cela remontait déjà à aussi loin. Bientôt, ce ne serait plus qu'un mauvais souvenir, mis à part pour ceux marqués à vie. Il y avait eu beaucoup de morts à déplorer, mais également énormément de blessés et les pires étant ceux blessés psychologiquement. Lui, en tant que psychologue, n'arrivait pas à les suivre et à les aider, ou du moins il faisait au mieux.
Au jour d'aujourd'hui, ses journées étaient longues et chargées de tristesse. Il n'avait pas le temps de souffler et il avait l'impression qu'il ne pourrait plus partager davantage tant de douleur avec ses patients. Izao était là pour l'aider mais ce n'était pas demain la veille qu'on lui donnerait la palme d'or du meilleur assistant. D'ailleurs, il n'était qu'assistant et la plus grosse part du travail lui revenait à lui. Néanmoins, il ne flanchait pas et il gardait toujours contenance parce que cela lui permettait également à lui-même à ne pas flancher et qu'il en était de son devoir de faire en sorte de rendre des jours meilleurs à ses patients.

La seule chose, ou disons la seule personne, qui lui causait tant de soucis et qui faisait qu'il avait de temps en temps du mal à ne pas perdre son sang-froid, c'était Izao. Il entretenait une relation pas des plus communes avec lui et il avait l'impression que cela s'aggravait de jour en jour. D'ailleurs, Izao avait une personnalité assez lunatique. Un jour, il sera en très bonne forme et très mièvre envers lui et le lendemain, il faudrait absolument faire en sorte à ne pas lui communiquer un seul mot. Camille ne savait plus où donner de la tête et le pire avait été la dernière soirée qu'ils avaient pu passer ensemble.
À croire que de jour en jour il se devait de se confier à cette personne qui lui avait été encore inconnue avant les attentats. Mais, le plus surprenant avait été qu'Izao s'était également confié à lui. L'alcool avait eu pour sûr son effet dans cette histoire et comme Izao ne le tenait pas, il était évident que le psychologue en avait quelque peu profité. De toute façon, n'avait-il pas été clairement explicite ? Qu'il le veuille ou non, Izao lui plaisait et il ne pouvait désormais plus faire sans. À ce propos, généralement, les jours où il arrivait qu'Izao soit grognon, c'était parce que la veille il avait eu malencontreusement un geste des plus doux à son égard. Sauf qu'il ne s'en rendait pas compte. Il savait qu'ils ne sortaient pas ensemble mais c'était plus fort que lui et il agissait inconsciemment.
À croire que ce jeune homme le rendrait complètement fou.

Aujourd'hui, il était vite parti. Il ne lui avait rien dit, ne l'avait pas retenu mais avait espéré qu'il reste un peu plus longtemps par lui-même comme ils s'étaient pris la tête la veille. Tant pis. Il continua de s'occuper de ses dossiers quand on frappa à la porte de son cabinet. Il regarda l'heure à sa montre et se demanda qui cela pouvait-il bien être à cette heure-ci. Il se leva et partit ouvrir une jolie demoiselle blonde. Il ne lui fallut pas longtemps pour reconnaître en elle la personne à qui il avait porté secours le soir des attentats.
Pris au dépourvu, il le fut encore plus en la voyant lui tendre un bouquet de fleurs mais il ne se fit pas longtemps prier en le prenant entre ses mains. Cela faisait longtemps qu'on ne lui avait pas offert de fleurs. Il les sentit et se mit à sourire :

« C'est un peu gênant, je dois dire, dit-il, Cela aurait été plutôt à moi de venir vous apporter un bouquet de fleurs pour savoir comment votre compagnon et vous allez. D'ailleurs, vous n'avez pas à me remercier, ajouta-t-il, Je n'ai fait que mon devoir. Mais, ne vous inquiétez pas, je prendrais quand même grand soin de ces jolies fleurs. »

Il avisa un vase vide sur un meuble de la pièce et partit le remplir d'eau via l'eau de la carafe présente à côté du dit vase. Il mit le bouquet de fleurs à l'intérieur et l'arrangea pour qu'il ait une belle présentation dans la pièce. Peut-être devrait-il le mettre sur son bureau ? Non. Izao serait capable de s'amuser avec plutôt que de travailler.
La jeune femme lui demanda ensuite s'il allait bien avant de lui dire qu'elle allait y aller comme elle pensait qu'il avait sûrement mieux à faire. Il se retourna et regarda ses dossiers étalés sur son bureau avant de passer une main dans ses cheveux.

« Je vais bien, merci, dit-il, Et j'espère que votre compagnon et vous allez bien aussi. Ma porte est toujours ouverte si besoin, continua-t-il, Et ne vous inquiétez pas, vous ne me dérangez pas. J'ai terminé ma journée, je traînasse juste un peu ici. »

Car personne ne m'attend chez moi mis à part Mahiro. Mais, il ne savait jamais si Mahiro serait chez lui ou à l'hôpital lorsqu'il rentrerait.
lumos maxima
Invité

avatar
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLOOD SEASONS :: l'héritage :: quatrième étage-