Blood Seasons ferme ses portes.

[évènement intrigue] we all are concerned

 :: l'héritage :: quatrième étage :: serres :: parc Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ven 5 Mai - 0:53









We all are concerned

Entre Izao et lui, ce n'était plus comme avant après la dernière soirée qu'ils avaient passé entre eux. Ni l'un ni l'autre ne pourrait certainement nier qu'ils étaient horriblement plus qu'attirés l'un par l'autre. Ils se cherchaient invariablement et cela continuerait jusqu'à ce que l'un des deux craque. Mais lequel d'entre eux craquerait en premier ? En tout cas, désormais qu'il était clair que des sentiments se faisaient peu à peu une place entre eux, et qu'il avait vu une toute autre facette d'Izao, Camille ne se gênait pas pour lui voler de temps à autre des baisers et de lui faire part de petites attentions particulières. Voir ensuite Izao presque fou de rage lui prouvait à quel point cela lui avait fait plaisir.
Alors autant dire que la réponse d'Izao ne le surprit pas plus que cela. Il se remit à sourire et regarda les personnes autour d'eux.

« Oui, c'est vrai. Je suis désolé, dit-il, Je me rattraperais pour une prochaine fois. Quant à savoir si tu mens ou pas... Va savoir. »

Le prenait-il pour un idiot ? Pourquoi était-il venu ici ? Pour qui ? Pour surveiller les agissements de ses ennemis ? Trop facile comme excuse. Il n'était pas dupe et il savait que c'était pour lui. Il se retint bien de le lui dire pour ne pas l'énerver davantage et se contenta de hausser les épaules. Puis, il partit se servir un autre verre de jus de fruits et salua une patiente qui vint glousser près de lui avant de partir aussi vite qu'elle était apparue.

Codage par Libella sur Graphiorum
Invité

avatar
Revenir en haut Aller en bas
Ven 5 Mai - 1:39


WE ALL ARE CONCERNED
ft. everybody

La réponse de Camille eut le don de le piquer. Il n’avait pas vraiment l’air désolé, surtout quand il affichait un tel sourire. Au fond de lui, il savait que c’était peine perdue : son aîné le comprenait avec une facilité déconcertante. Alors, forcément, il savait qu’il mentait. Il ne se gênait d’ailleurs pas pour le sous-entendre. Izao ne pouvait s’empêcher d’être nerveux. Depuis la dernière soirée qu’ils avaient passé ensemble, plus rien n’était réellement comme avant. Le plus jeune se sentait bien plus proche de lui qu’auparavant et pourtant...il ne pouvait s’empêcher de montrer une certaine distance. La place que Camille prenait dans son univers ne faisait que le terrifier. Depuis quand était-il devenu si fébrile ? La moindre de ses actions provoquait chez lui des réactions disproportionnées. Il ne s’en rendait que trop bien compte. Izao avait toujours été instable, mais cette personne avait l’étrange capacité de faire jaillir en lui cette forte instabilité. Cela s’avérait encore aujourd’hui.
Il glissa un regard en coin vers le psychologue quand celui-ci s’éloigna de lui pour retourner au buffet. Mais, lorsqu’il le vit saluer une de ses clientes qu’il trouvait tout simplement insupportable –depuis le début, il avait parfaitement saisi qu’elle tentait de mettre le grappin sur lui, comme de nombreuses autres- son sang ne fit qu’un tour. Visiblement, il était impossible pour Camille de se trouver à un endroit sans se faire accoster, ce qui l’irritait au plus haut point. Vivement, il partit le rejoindre, agrippant faiblement la manche de son costume blanc. Depuis quand était-il si désespéré ? Il était le premier à repousser ses gestes tendres, mais il ne cessait de lui courir après, réclamant inconsciemment toute son attention. Il but d’une traite son jus de fruits avant de reposer brutalement le verre sur la table, devant eux. Il serra des dents, s’empêchant de grogner quelque chose. Il lui était difficile de retenir le moindre commentaire quant à ce qu’il venait de voir, mais il refusait de donner une raison à Camille de se moquer de lui. Néanmoins, ses yeux noirs jetaient des éclairs en direction de la femme qui venait de le quitter. Il se colla un peu plus contre lui, bougon. « Je veux manger quelque chose de sucré... » marmonna-t-il avec caprice alors qu’il parcourait du regard les tables qui leur faisaient face, visiblement peu convaincu par ce qu’il voyait.



Invité

avatar
Revenir en haut Aller en bas
Sam 6 Mai - 10:34
évènement intrigue
we all are concerned


Artur voyait clairement toute la rancoeur que son meilleur ami possédait envers le système de l'Héritage, mais ne put rien en dire. Qu'aurait-il songé, lui, s'il avait été dans la situation de Satoshi ? Si une personne à qui il tenait avait été portée disparue durant plusieurs jours sans que quiconque ne s'en préoccupe vraiment ? A la vérité, il préférait ne même pas se le demander, ayant déjà subi des choses tout aussi compliquées à vivre. Il esquissa donc un unique sourire aux propos de son ami tandis que celui-ci prenait sa main entre les siennes pour l'entraîner à l'écart de la foule qui commençait à arriver dans le parc.
A vrai dire, bien qu'aussi pour profiter de lui, si Artur avait proposé cette seconde alternative à Satoshi, c'était parce qu'il avait l'impression d'étouffer. Il y avait trop de monde réunit au même endroit et, inconsciemment, il ne pouvait s'empêcher de se projeter quelques mois plus tôt. Le traumatisme qu'il avait vécu le suivrait durant un long moment, il en était parfaitement conscient, mais il essayait de faire de son mieux pour que cela ne le définisse pas dans son intégralité.

« Il y a trop de monde, se confia-t-il à Satoshi dès lors qu'ils furent un peu éloignés. J'espère que tout va bien se passer, cette fois-ci... »

Il haussa légèrement les épaules comme pour tenter de se convaincre un peu lui-même que tout irait pour le mieux. Il esquissa un nouveau sourire à son ami avant de l'attraper par l'avant-bras et de se mettre à courir avant de trébucher et de tomber en riant.

« Si tout ça pouvait être plus simple », abandonna-t-il allongé sur le dos dans l'herbe, les yeux levés vers le plafond.
Invité

avatar
Revenir en haut Aller en bas
Sam 6 Mai - 12:46
Le moment fût venu pour nous trois de monter les marches de l'estrade agencée de manière à ce que nous puissions surplomber l'environnement fleuri décoré pour l'événement. Quoi de mieux pour donner un petit coup de fouet visuel après l'épisode tragique que nous avions tous vécu, ensemble. Le plus âgé d'entre nous gravit en premier l'escalier, je marchai dans ses pas et Meiko me suivit immédiatement. Nous nous exhibions alors d'une droiture et d'un sérieux qui décrivait parfaitement ce pourquoi nous étions présents. Rangés l'un à côté de l'autre devant la foule, mes yeux parcoururent les nombreuses personnes qui avaient répondu « oui » au regroupement. Mon cœur battait la chamade, notamment parce que j'allais être le premier à m'exposer. Attendant le feu vert qui me serait donné à ma droite, dans la pénombre, je donnai un vif coup d'oeil à mes collègues, esquissant un très fin sourire à leur attention singulière. La main d'un des régisseurs se leva et mes pas me guidèrent jusqu'au pupitre où un micro était disponible. Une fois arrivé à destination, je sortis mes notes rapidement pour les plaquer sur le bois du meuble qui cachait plus de la moitié de mon corps.

- Chers héritiers du Bunker, commençai-je d'une intonation fière alors que mon allure démontrait directement une position professionnelle, chers frères et chères sœurs de l'Héritage, continuai-je posément, c'est avec une émotion attristée et une conviction confiante que je me présente à vous aujourd'hui accompagné des autres membres du Conseil, déclarai-je contradictoirement, dans le même état d'esprit que tous les citoyens. Nous sommes réunis par une pensée morose suite aux derniers événements qui ont fait rage dans notre très chère enceinte. Nous avons tous connu des pertes, nous avons tous connu des blessés, des personnes encore souffrantes de douleurs physiques et morales, compatis-je sincèrement, mais ce n'est pas la seule et unique raison de ce regroupement, confirmai-je en portant mon attention sur chaque groupe, nous nous devons d'aller de l'avant, confiants de jours meilleurs, envieux de laisser de côtés toutes ces images qui nous ont longuement torturé nuit et jour. C'est pourquoi nous voudrions vous faire part de nos convictions certaines et notre avancée organisée, déclarai-je afin de redonner espoir à nos compatriotes. Depuis les événements, nous nous sommes rencontrés au bureau afin de mettre en place de multiples actions de manière à ce que nous puissions revivre paisiblement. Ayant repris la direction du service architectural depuis la mort de Monsieur Riddle, jusqu'à ce qu'une personne avisée reprenne les rennes de celui-ci, dis-je d'une voix malgré tout troublée, nous avons entamé beaucoup de procédures concernant les étages inférieurs de notre bâtisse. Suite aux explosions, des murs porteurs ont été touchés laissant ainsi le troisième, le quatrième, le cinquième et le sixième étage sous l'influence de déséquilibres anormaux. J'ai, avec l'approbation des autres conseillers, effectué des groupes afin de consolider les points d'appui qui étaient susceptibles de sombrer. Des équipes de nuit et de jour se succèdent afin de peaufiner un ré-agréage rapide des parois les plus importantes et de les reconstruire avec un matériau plus abondant, plus lourd et plus épais. Celles-ci ont été mises en place immédiatement après la catastrophe. D'autres bénévoles ont été formés pendant une semaine intensive et sont sur chantiers accompagnés de chefs du service compétent. Nous avons élaboré, à l'aide de spécialistes du bâtiment, des vitres transparentes qui, sous l'effet d'explosions, par simple sécurité, ajoutai-je afin de ne pas perturber la foule, ne se briseront pas. La matière utilisée, en plexi-glace ferme, permet ainsi, sous l'effet du souffle, de ne pas s'émietter en un verre cassant et blessant et de simplement se fissurer. Cette matière produit des blessures beaucoup moins importantes au contact de la peau. Nous sommes en période d'essai grâce aux scientifiques qui font tout le nécessaire afin de tester le réel potentiel de cet agencement. Nous comptons remplacer les miroirs et autres objets ou parties de constructions vitraux dans les semaines qui vont suivre le bal de printemps, m'arrêtai-je par la suite pour reprendre une bonne bouffée d'air. Je vais laisser mes collègues se charger de vous notifier les autres progrès mis en place, les projets dont nous avons longuement discuté, notamment concernant le renforcement de la sécurité physique et informatique, et ceux qui sont sur le point d'être aboutis. En attendant, et personnellement, terminai-je, je voudrai vous féliciter, tous autant que vous êtes, pour la solidarité dont vous avez fait preuve en ce jour du vingt-quatre Décembre. Je suis fier de faire partie de cette immense famille que nous sommes. Nous nous battrons, clamai-je, après une courte pause, assuré et communicatif, et jamais nous ne vous laisserons tomber. Merci de votre écoute, relevai-je mon regard sur les troupes après avoir posé mes yeux sur le papier que je repliai et qui m'avait servi de pense-bête, de votre confiance. Longue vie à l'Héritage, manifestai-je avant de me reculer, en agrippant le bout de papier que je n'avais pratiquement pas lu, ayant préféré faire un discours moins solennel, simple et efficace, pour laisser place à l'un ou l'autre de mes compères.
Ling Joshua

Date d'inscription : 08/01/2017
Messages : 920
situation marital : En partenariat sentimental.
Appt n° : 194
Emploi/études : Membre du conseil/Architecte
avatar
http://blood-seasons.forumactif.org/t253-ling-joshua-ft-aaron-yan-liens http://blood-seasons.forumactif.org/t255-ling-joshua-ft-aaron-yan-activites-rp#5994 http://blood-seasons.forumactif.org/t248-ling-joshua-ft-aaron-yan
médaille bronze
Revenir en haut Aller en bas
Sam 6 Mai - 23:48




Feat
everybody


We all are concerned

C'était aussi pour cette raison qu'il n'avait pas voulu venir à cette fête. Qu'il n'avait pas voulu qu'Artur s'y rende. Après ce qu'il avait subi lors du soir de Noël, était-ce une bonne chose de raviver la douleur qu'en participant à de telles puérilités ? Oui, parce que le Conseil ne représentait plus rien à ses yeux quand on voyait à quel point ils s'étaient révélés incompétents face aux attentats du soir de Noël. Il savait qu'il ne devrait pas autant leur en tenir rigueur mais c'était plus fort que lui parce qu'Artur s'était retrouvé embrigadé là-dedans et avait eu mal.
Il ne fut donc pas surpris de l'entendre dire qu'il espérait que tout se passerait bien. Il s'apprêta à le rassurer quand celui-ci l'entraîna dans une subite course effrénée. Il en rit de bon coeur et s'assit en tailleur à côté de lui. Il attrapa ses mollets et regarda ce qui se trouvait au-dessus de lui. Oui, si tout pouvait être aussi simple...

« Si tout pouvait être aussi simple, on serait mariés et on aurait un enfant à l'heure actuelle. »

Il sourit tendrement à son ami et poussa un soupir d'aise. Mais, désormais, il pouvait parler sans mentir à Artur et il pouvait lui dire tout ce qui lui passait par la tête sans avoir peur qu'il découvre qu'il l'aimait puisqu'il le savait au jour d'aujourd'hui. Ce fut assez donc un mal pour un bien et ils étaient assis, là, calmement, écoutant silencieusement un discours qui était censé tous les revigorer d'espoir.

Codage par Libella sur Graphiorum

Invité

avatar
Revenir en haut Aller en bas
Dim 7 Mai - 0:42









We all are concerned

Avec Izao, il avait disjoncté mais il avait su également trouvé le calme. Il ne pouvait que l'en remercier mais, comme il n'était pas doué pour parler avec des mots, il le lui montrait plus par des gestes tendres. Il donnait l'impression de se moquer davantage de lui mais Izao savait bien que c'était faux. Il appréciait désormais sa compagnie plus que celle que n'importe qui d'autre alors il était inutile que celui-ci s'énerve ou soit aussi de mauvaise humeur. S'il le fallait, il n'aurait d'yeux que pour lui durant toute la soirée mais, encore fallait-il qu'il le lui demande... Ou ordonne. Mais, encore fallait-il que ce soit dans sa nature.
Il ne put donc pas repousser cette jeune femme qui vint le saluer et ne put que lui rendre son sourire quand elle lui en offrit un. S'il voulait garder sa clientèle, puis pouvoir aider chaque personne qui avait besoin d'aide sur l'Héritage, il se devait de faire abstraction à plusieurs choses. Cependant, il ne put que sentir son coeur se réchauffer quand Izao vint le retrouver et agripper la manche de son costume. Il sourit et s'apprêta à lui parler quand Joshua commença le discours de la soirée. Un beau discours plein de promesses qu'il espérait que les membres du Conseil rempliront... Mais qu'en seraient-ils vraiment ?
Il se retourna vers Izao à la fin du discours et chercha quelque chose de sucré à lui mettre sous la dent. Quand il eut trouvé, il en attrapa un bout et le glissa entre ses lèvres.

« Est-ce que cela satisfait-il tes papilles ? », lui demanda-t-il en glissant un bras autour de sa taille.

Codage par Libella sur Graphiorum
Invité

avatar
Revenir en haut Aller en bas
Dim 7 Mai - 1:29


WE ALL ARE CONCERNED
ft. everybody

Le cours de ses pensées fut interrompu un instant lorsqu’il entendit lune voix grave s’élever autour d’eux. En effet, Izao avait été tellement obnubilé par Camille dès l’instant où il était entré dans cet endroit qu’il n’avait pas même fait attention aux membres du Conseil présents non loin d’eux. Cela ne lui ressemblait pas ; normalement, ce fait lui aurait sauté aux yeux. Mais depuis que le psychologue avait pris une place significative dans sa vie...il n’était plus réellement lui-même. Il écouta le discours, forçant une expression impénétrable sur son visage. Cependant, ses yeux noirs se faisaient assassins. Ils n’étaient rien de plus qu’une bande d’idiots. Ces mots lancés d’une façon si solennelle n’étaient rien de plus que du vent ; cette « réalité » était totalement erronée, elle ne méritait qu’à tomber. Il se crispa imperceptiblement contre Camille, resserrant presque rageusement sa poigne sur ses vêtements alors qu’il écoutait les derniers du discours. Instinctivement, toute sa rage envers le système ressortait dans une sensation amère. Comment avait-il pu oublier un seul instant à cette haine congénitale ?...
Il ne revint à lui que lorsque son aîné lui glissa quelque chose entre les lèvres, lui posant une question. La main qu’il posa ensuite sur sa taille le calma légèrement. En tournant les yeux vers lui, Izao se décida à laisser toutes ses idées haineuses de côté pour le reste de l’événement. Il n’avait plus véritablement le courage pour une telle impétuosité, aujourd’hui. Il soupira longuement avant de s’autoriser à appuyer faiblement sa tête contre l’épaule de Camille. Le goût du sucre vint lui ravir le palais, mais cela ne fut que de courte durée. « Ça peut aller » souffla-t-il alors que son regard vint se poser presque inconsciemment sur les lèvres du jeune homme. A dire vrai, elles étaient bien plus tentantes que ce qu’il venait d’avoir dans sa bouche. Il lui était cependant impossible de se permettre un tel geste dans un tel endroit.



Invité

avatar
Revenir en haut Aller en bas
Lun 8 Mai - 12:47
We all are concerned
Everybody



" T'es pas obligé de faire ça. " Dis-je en relevant mes yeux noirs sur le garçon qui vient de me prendre le bras afin de soutenir ma marche. J'ai alors l'impression d’être une mariée que son père soutient afin qu'elle ne fiche pas le camp, la trouille au ventre. À la seule différence qu'un père devrait techniquement être plus âgé que sa fille. Et là, ce n'est clairement pas le cas. Ren a seulement 2 ans de plus que moi. Et m'amener à un autre homme ne semble absolument pas compris dans son programme... " Obligé ? " Me demande-t-il en croisant mon regard de son expression railleuse. Il sait très bien ce que je m’essaie à lui dire, mais s'amuse incontestablement de mon incompétence.

Voilà deux mois que j'ai perdus la mémoire. Deux mois où tout s'entremêle, se brouille et se complique sans que je ne puisse rien y faire. Je dois reconnaître que Ren m'aide beaucoup, par sa présence, quand ça ne va pas. Il a été le premier à me dire que mon idée de laisser mes cheveux pousser est la bonne. Ça ne tombe pas du ciel, c'est... une sorte de décision que j'ai prise face à mon amnésie. Je les couperais - peut-être - si je retrouve un jour la mémoire. Il a aussi été un des premiers à remarquer mon subit changement de personnalité. Car, depuis ce Noël, j'ai quelque peut mûrie. L'ancienne Ryu joviale, souriante et enfantine a légèrement changée. Mon visage c'est brutalement laissé marquer par mes doutes et mes souffrances. Je suis plus... femme. Douloureusement plus mûre.

Je tire sur le bas de ma robe rouge, encore gênée par cet accoutrement auquel je ne suis pas habituée. " Je ne sais pas si c'est une bonne idée... " Enchaînais-je après mon silence gêné. " De ? " Me demande-t-il en raffermissent sa prise sur mon bras avec un petit sourire encouragent. " D'arriver ensemble. Comme ça. " Je me mords la lèvre, les yeux dans le vague alors que nous continuons d'avancer en direction des Serres. " Mes amies ne... t'apprécie pas beaucoup... " Lui confiais-je pour la énième fois. " Mais toi, tu m'aime bien, non ? " Me coupât-il en me regardant avec un sourire doux. Ce qui, à mon plus grand désarroi, m'enflamma les joues d'une couleur brûlantes et criardes. " Oui. " " Alors tout se passera bien, ne t'inquiète pas. "

Il a l'air tellement sur de lui que j'ai envie de le croire. Mais quelque chose remue dans mon ventre, comme un vil instinct qui me dit que je fais les mauvais choix. Mais quels choix ? Quelles erreurs ? Je l'ignore.

Tout ce que je sais, c'est que j'ai un terrible mauvais pressentiment qui me ronge intérieurement quand nos pas, ponctués des claquements discrets de mes talons, nous mène enfin à la foule rassemblée dans la Serre.
Quoi que j'en dise et en pense, je ne peux plus vraiment reculer.
AVENGEDINCHAINS
Katsumoto Ryu

Date d'inscription : 06/12/2016
Messages : 1060
situation marital : Célibataire
Appt n° : 092
Emploi/études : Ingénieur mécanicienne
Passe-temps : Kunfu - Les enfants du foyer - Lecture
avatar
http://blood-seasons.forumactif.org/t205-katsumoto-ryu-horikita-maki#4162 http://blood-seasons.forumactif.org/t206-katsumoto-ryu#4167 http://blood-seasons.forumactif.org/t197-katsumoto-ryu-ft-horikita-maki
médaille or





▽ Quel était ce regard qui me surveille encore ?
Quel était votre nom quel était mon visage ?
Que faisions-nous ainsi l’un à l’autre inconnus ?
Sans savoir qui je suis sans savoir qui je fus
Je revois une main qui se tend sous l’orage

un visage qui pleure, une porte fermée. »
Jean Tardieu.

Revenir en haut Aller en bas
Lun 8 Mai - 23:10
We all are concerned × All my family ♥
Tenue ~  Alors qu’elle terminait d’arranger une dernière composition telle la bonne maniaque qu’elle était, la présence de quelqu’un passant à ses cotés fit tourner son visage. « Oh ? Tiens Salut Gérard ! » S’écria t-elle avec un grand air étonné. « Je t’ai déjà dit que c’était James ! » Maugréa le fameux collègue de travail avec qui elle bossait depuis deux ans. « On s’en fou. » Mentit-elle en haussant ses frêles épaules avant d’éclater de rire face à la mine déconfite du garçon. « Je plaisante ! Ça va ? Tu fous quoi ici ? » C’était quoi cette question… Elle était bête ou quoi ? Finissant par papoter tranquillement avec lui, la voix de son bien aimé raisonnant dans le micro les coupa. Bien que restant sagement plus loin, Erin écouta les mots encourageants que Joshua proclamait, osant parfois esquisser un petit sourire. Comme toujours, il était un vrai moulin à parole. Mais elle pensait exactement comme lui. Lui envoyant tout le courage dont elle était pourvue par la pensée, la botaniste observa sa moitié dans son rôle de leader, à la fois fière et impressionnée. C’était peut être pas le bon moment pour oser penser cela, mais dieu ce qu’elle pouvait le trouver terriblement sexy avec ses airs graves et importants...

Applaudissant sagement et sincèrement l’unique discours qu’elle voulait entendre, son regard épris finit par se détourner ailleurs. Découvrant la présence d’Izao non loin du buffet, une grande esquisse enfantine sublima son visage. Sans plus attendre, ses pas se dirigèrent félinement vers le printanier. Inutile d’écouter les autres membres, le plus important d’entre eux avait pris la parole, c’était l’essentiel pour elle. Arrivant non loin, Izao étant de dos, son petit sourcil s’arqua en le découvrant plutôt proche d’un jeune homme. Feignant de tousser pour signaler sa présence, la jolie irlandaise offrit son plus joli sourire à son ami lorsqu’il finit par se tourner en sa direction. « Je dérange ? » Probablement oui. Mais bon... On ne snobait pas Erin Watson ! « Salut toi. » Souffla la belle afin de ne pas faire trop de bruit durant le reste des discours avant de demander, tout à coup plus anxieuse et presque maternelle « Tu vas bien ? » Sa main alla gentiment remettre une mèche argentée des cheveux du plus jeune en place. Depuis les attaques, ils n’avaient plus eu trop de moment pour se retrouver, malheureusement. « Ah ! Enchanté, moi c’est Erin, meilleure amie de ce petit démon !  » Expliqua t-elle à l’adresse de Camille, lui tenant une main avenante. « Et… vous ? » Curieuse ? Beaucoup trop. Ça jubilait. « Ami ? Amant… ? » Supposa t-elle avec un petit air malicieux uniquement adressé à son ami.
code by lizzou × gifs by tumblr
Watson Erin

Date d'inscription : 05/02/2017
Messages : 266
situation marital : Découvre l'amour... ♥
Appt n° : 190
Emploi/études : Botaniste
Passe-temps : Jardinage, compositions florales, râler, envoyer prêtre les gens, avoir son walkman sur les oreilles, apprendre le chinois ♥
avatar
http://blood-seasons.forumactif.org/t293-watson-erin-ft-collins-lily http://blood-seasons.forumactif.org/t294-watson-erin#8756 http://blood-seasons.forumactif.org/t288-watson-erin-ft-collins-lily https://www.facebook.com/clowride
médaille bronze



Que ferais-je sans ta charmante bouche qui m'aspire, et m'expulse ? J'ai la tête qui tourne, sans blague, j'ai tant de mal à te cerner. Que se passe-t-il dans cette jolie tête ? Je suis dans ta course magique et mystérieuse. Et je suis tellement étourdi, je ne sais pas ce qui m'a frappé, mais ça va aller.... ~ *
Revenir en haut Aller en bas
Mar 9 Mai - 14:32









We all are concerned

Izao se crispa contre lui durant le discours et il comprit qu'il n'avait pas oublié ses objectifs de vue. Mais, qu'avait-il à y redire ? D'une certaine manière, il le soutenait bien que ce soit plus psychologiquement que physiquement. Il avait toujours été contre le système mais il n'avait jamais entrepris quoi que ce soit. Était-ce par peur ou simplement parce que sa situation actuelle lui convenait ? Autrefois, il aurait répondu les deux, aujourd'hui, il ne serait donné une réponse convenable. En tout cas, il garda Izao fermement contre lui quand une jeune femme vint l'interpeller.
En se retournant avec lui, Camille découvrit quelqu'un qui lui disait quelque chose. Il fouilla dans sa mémoire et n'eut pas à le faire longtemps... Watson Erin. Ils avaient été dans la même classe mais ne s'étaient pas parlé une seule fois, du moins dans ses souvenirs. Il se souvenait vaguement d'elle mais, en la voyant ici présente devant eux, il sut de suite deviner quel genre de personne elle pouvait être. Le genre de personne qu'il n'aimait pas.

« Nakajima Camille, dit-il en lui serrant la main, Moi, je ne suis ni l'ami, ni l'amant d'Izao. Je suis son petit-ami. »

Au fond, il ne sut d'où lui vint l'audace de proclamer de tels mots devant cette jeune femme. Était-ce pour l'impressionner ou juste pour faire comprendre à Izao qu'il ne le partagerait plus avec personne d'autre ? Il ne savait même pas pourquoi il lui avait répondu qu'il était son petit-ami car il ne l'était sûrement pas. À moins que..?

Codage par Libella sur Graphiorum
Invité

avatar
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLOOD SEASONS :: l'héritage :: quatrième étage :: serres :: parc-